Voyager : une question de chance ?

Pas sûr… Demain, vous pourriez être l’heureux élu qui parcourt les routes du monde, car voyager n’est pas toujours synonyme de rêve inaccessible. Commencez petit, et rapidement vous oserez repousser vos limites. La motivation et l’ardeur que vous mettrez à réaliser ce projet feront de vous un voyageur.

« Vous avez de la chance de voyager ! »

C’est peut-être vous qui entendrez bientôt cette phrase. L’acte de voyager en est pourtant assez éloigné. La chance est par définition imprévisible et aléatoire, donc la probabilité qu’un voyage vous tombe dessus sans prévenir est nulle.

Il ne tient qu’à vous de faire les bons choix, de mettre tout en œuvre pour que votre projet se réalise et de vraiment oser vous lancer dans l’aventure. Mais la chance n’a rien à voir avec tout cela et ne vous aidera pas.

Votre seule vraie chance, c’est d’être bien né

Vous pouvez traverser les frontières facilement si vous êtes détenteur d’un passeport français. Car vous avez la chance d’être né dans un pays occidental libre.

Vous avez également un niveau de vie relativement élevé en comparaison du reste du monde. Dans de nombreux pays, le coût de la vie sera très accessible même si vous ne roulez pas sur l’or en France.

Et vous avez peut-être aussi la chance d’être en forme, même si la santé, tout comme les enfants, ne sont pas des freins à la réalisation d’un voyage.

C’est le moment pour vous lancer, commencez à changer votre vie et à penser voyage.

Voyager demande un certain investissement

Il est bien sûr nécessaire de préparer un minimum votre voyage suivant les destinations retenues et le temps dont vous disposez pour votre voyage : s’informer, économiser, s’imprégner de l’expérience des autres voyageurs, cheminer intérieurement…

Les sacrifices à faire seront plus ou moins importants selon vos revenus de base et le confort que vous exigerez en voyage. Mais en recherchant les « bons plans » et en adoptant un mode de vie « seconde main », vous mettrez rapidement des sous de côté.

Et pour faire des économie en voyage, adaptez votre niveau de vie aux pays que vous traverserez.

 

114_2075b.jpg

 

Décider de voyager, c’est une question de choix et de priorité

Si vous acceptez de quitter votre zone de confort, d’affronter vos peurs face à l’inconnu et à l’absence de repères, vous êtes près pour partir sur les routes du monde.

Mais il va falloir refoulez les mauvaises pensées ou les mauvaises langues qui vous barrent la route. Vous le pressentez déjà : voyager permet de trouver des réponses sur soi, de s’épanouir et de grandir.

Vous seul déciderez de partir et de tout mettre en œuvre pour y arriver. Alors ne soyez pas un frein à vos propres rêves.

 

Publicités

Comment se réadapter au retour d’un voyage au long cours ?

 

Le voyage a toujours une fin…

Le voyage est une source extraordinaire de richesse. Les découvertes sont permanentes, et la routine quasiment inexistante. Le temps prend une autre dimension : on réapprend à vivre lentement et à apprécier son environnement ; on savoure chaque instant. Mais un jour ou l’autre, il faut se résoudre à rentrer, à retrouver un quotidien plus stable où le nomadisme n’est plus de mise. Difficile de trouver les ressources nécessaires pour se réadapter après un voyage au long cours. Comment accepter une existence qui semble tellement moins exotique, voire même insipide ?

 

La difficulté du retour après un voyage au long cours

Votre retour, même quand il est préparé, est une rupture immense avec l’aventure qui s’est déroulée pendant de nombreux mois. Dans un premier temps, retrouver ses repères semble rassurant et même confortable. Les proches posent des questions et le plaisir de raconter permet d’évoquer vos souvenirs inoubliables. Mais rapidement, la lassitude s’installe. Répéter le même discours ou répondre aux questions récurrentes devient pesant. Les changements provoqués par le voyage vous ont éloigné du fonctionnement de la société. Le décalage devient perceptible et votre entourage ne vous comprend plus.

 

Des pistes à explorer : témoignez de votre expérience de voyage et gardez le contact avec d’autres routards

Les contraintes et la routine vont réveiller en vous la nostalgie du voyage. Il est nécessaire de trouver des motivations pour continuer à avancer et ne pas se nourrir uniquement du passé :
– La rencontre avec d’autres routards va vous permettre de trouver une écoute compréhensive.
Témoigner de votre expérience par un livre, une conférence ou lors d’un salon sur le voyage offre également la possibilité de vous adresser à un public de passionnés.
– La recherche d’un nouveau projet va vous encrer à nouveau dans la réalité du quotidien et vous aider à vous projeter vers l’avenir.
– Gardez le contact, continuez à échanger et à aller à la rencontre des autres comme vous le faisiez pendant votre voyage.

 

Le temps, un allié réel pour rebondir après un si long voyage

Doucement, l’équilibre va se reconstruire. Vous allez reprendre vos marques et vos habitudes. Le voyage vous a appris à relativiser les petits tracas du quotidien, à prendre du recul et aller à l’essentiel. Cette expérience réelle et positive va devenir une force. Encore une fois, le temps fera son action : on dit souvent qu’il faut autant de mois au retour, que de mois passés en voyage, pour se réadapter ! Et quel que soit le temps nécessaire à cette réadaptation, vous en ressortirez toujours grandit et plus épanoui.

Barcelone

Petit intermède de six jours au milieu de la grisaille de l’automne…

Huit ans que nous avons découvert Barcelone en amoureux, et que nous souhaitions la faire découvrir à nos explorateurs avertis. De retour sur les routes de l’Europe pour quelques jours, les enfants sont ravis de décoller à nouveau dans les airs pour une petite heure, direction la rebelle d’Espagne.

 

La destination, on l’avait en tête depuis assez longtemps et les réservations ont été faites cet été ; mais c’était sans compter les évènements perturbateurs liés au souhait d’indépendance de la Catalogne. Quel climat allons-nous trouver en arrivant ? Pourrons-nous visiter la ville et profiter des différents sites que nous avons prévus de voir ? Finalement, nous ne sommes que très peu impactés en tant que touristes et les conflits se gèrent la plupart du temps ailleurs que dans la rue.

Petite déception quand même en montant au Montjuïc, car nous ne pouvons pas visiter la Fondation Miro qui est en grève depuis le 23 octobre, mais sans lien avec les revendications actuelles. Nous avions pourtant travaillé en art plastique sur ce grand artiste et nous souhaitions vraiment découvrir toutes ses œuvres…

Par chance, nous sommes à côté du Stade Olympique et nous en profitons pour déambuler à travers les divers équipements : Anneau Olympique de Montjuïc, Le Palau Sant Jordi, La Torre de Telecomunicaciones, Las Piscinas Picornell, El Museo Olímpico. Ce vaste espace nous semble un peu vide, mais il témoigne de la grandeur sportive qui s’est déroulée à Barcelone lors de l’été 1992.

Barcelone est d’une grande richesse culturelle, mais ces visites s’avèrent aussi malheureusement vite coûteuses surtout quand on est une famille de six ! Entre sites incontournables (12 et 25€ par personne) et sites gratuits, nous avons sélectionné selon les envies de chacun et notre budget.

Visites payantes :

  • Sagrada Familia (22€/adultes, 15€/ado, gratuit pour -10 ans) : rien que l’extérieur est déjà un émerveillement et une structure déroutante ; l’intérieur nous a laissé sans voix tant le temple est immense, étonnant et fascinant.

  • Palau Güell (12€/adulte avec audioguide compris, gratuit pour les enfants) : tout le génie de Gaudi dans ce palais familial à la fois austère et féérique.

  • Fondation Miro (12€/adulte, gratuit pour les -15 ans) : nous n’avons finalement pas pu la visiter cette fois-ci, mais notre passage en 2009, nous en avait laissé un très bon souvenir.

  • CosmoCaïxa (4€/adultes, gratuit pour les enfants) : à voir absolument ! Un espace dédié à la sciences et à l’histoire avec une multitude d’expériences de physique, d’optique, des matériaux à toucher, une forêt amazonienne reconstituée avec son aquarium dans laquelle on peut se promener, des collections sur l’évolution de la Terre… Bref de quoi s’occuper savamment une bonne demi-journée à moindre coût.

  • Parc Güell (8€/adultes, 5,60€ pour les 6-12 ans, gratuit pour – 6 ans) : nous avons déambulé uniquement dans la partie gratuite qui représente déjà un bel espace de verdure et permet de profiter de magnifiques vues sur Barcelone.

Il y a aussi la casa Batllo et la Pedrera, le Camp Nou (pour les fans de foot), le zoo, l’aquarium, d’autres musées nationaux que nous n’avons pas visités par manque de temps ou de budget trop serré.

Mais Barcelone, c’est aussi de nombreuses activités gratuites qui permettent de s’imprégner de l’ambiance de la ville et de la découvrir à son rythme.

  • Le parc de la Ciutadella (à côté du zoo)
  • Le marché de la Boqueria
  • Les rues où l’on découvre une architecture art nouveau et des œuvres d’art étonnantes
  • La plage
  • Les Ramblas
  • La Fontaine Magique du Montjuïc qui s’illuminent à la tombée de la nuit
  • La Placa d’Espanya avec les Arenas d’où on a une vue à 360° sur la ville
  • Et beaucoup d’autres choses encore que nous verrons une prochaine fois !

 

A la rencontre d’Apollon

Une légende raconte que Zeus envoya deux aigles partant de chaque côté du disque de la Terre. Ils se rencontrèrent au centre du monde, l’omphalos : le « nombril du monde » qui n’est autre que Delphes, située sur le Mont Parnasse. Encore un site dont le caractère sacré et l’environnement naturel sur le flanc d’une montagne offrant un panorama exceptionnel justifie son classement au patrimoine mondial de l’humanité.

KODAK Digital Still Camera

En grec, « delphinos » signifie « dauphin ». C’est la forme que pris Apollon, le fils de Zeus, pour attirer les marins et les convaincre de devenir des prêtres.

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

img_2870

KODAK Digital Still Camera

img_2893

Les grecs venaient à Delphes pour consulter la Pythie (une jeune fille vierge choisie parmi les paysannes) afin de recevoir les faveurs d’Apollon avant de partir en voyage ou à la guerre. Ce sont les prêtres qui interprétaient les manifestations de la Pythie et qui orientaient leurs réponses en fonction du bon vouloir des politiciens…

Les jeux panhelléniques (pan = tous, helléniques = grecs) et des célébrations dédiées au Dieu Apollon, réunissaient de nombreux grecs pour des compétitions de gymnastique, de lutte ou de chant. Les athlètes se rencontraient sur le stade tous les quatre ans lors des jeux pythiques.

img_2885

KODAK Digital Still Camera

img_2908

Nous finissons notre périple en Grèce par un dernier site classé au patrimoine mondiale par l’Unesco : le monastère d’Ossios Loukas édifié vers le Xème siècle. Il règne dans ce site une atmosphère particulière ; nous y serions bien restés quelques jours pour nous ressourcer et contempler la vallée environnante.

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

img_2926

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

img_2942

Péloponnèse, acte 2

Nous descendons un peu plus vers le sud et atteignons bientôt Sparte. Pas de soldats spartiates en vue, et les garçons sont un peu déçus… Ce n’est pas pour cette ville légendaire que nous sommes ici, car la ville moderne n’a rien d’exceptionnel… Mais à quelques kilomètres se trouve Mystra, une ville fantôme nichée sur les hauteurs, dont le point culminant, avec son ancien château, offre une magnifique vue sur la vallée.

KODAK Digital Still Camera

Du château du XIIIème siècle, il ne reste que quelques ruines dans lesquelles les Daltons prennent plaisir à escalader les murs.

 

KODAK Digital Still Camera

img_2764

KODAK Digital Still Camera

Le bas de la cité datant du XIII au XVème siècle est un peu mieux conservé, enfin surtout les églises et les lieux religieux. Le seigneur franc, Guillaume de Villehardouin, est à l’origine de cette ville qui a été un lieu important de culture, d’art et de philosophie. Il y a eu jusqu’à 20000 habitants ! Mais la cité a ensuite subit de nombreuses attaques de divers assaillants : turcs, vénitiens, russes, albanais…

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

img_2778b

Avec ce site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, nous avons quitté l’antiquité pour quelques instants, mais  nous y retournons rapidement en arrivant à Olympie.

Un autre nom de légende, lieu des premiers jeux olympiques en 776 avant JC. Presque dix siècles de monopole avant que les romains interdisent en 393 ces jeux devenus trop païens pour l’empereur de l’époque.

Olympie est dédiée à Zeus. Son temple au milieu du site a été détruit par deux tremblements de terre le réduisant à un amoncellement de pierres. Le site enfoui sous des tonnes de terre a été redécouvert par des archéologues en 1829 et une grande partie du puzzle a pu être reconstitué grâce à l’inventaire de Pausanias (voyageur et géographe du IIème siècle), qui a décrit de nombreux sites de Grèce dont les bâtiments d’Olympie. C’était un peu comme un guide touristique !

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

img_2832

img_2837

 

Péloponnèse, acte 1

Notre périple en Grèce continue au Péloponnèse que l’on rejoint en traversant le canal de Corinthe 24m de large, 84m de hauteur et 6km de long.

Rapidement, nous prenons la direction de Mycènes. Ce lieu unique construit entre 1500 à 1300 ans avant JC, est particulièrement impressionnant et sa construction est aussi énigmatique que celle du Machu Picchu au Pérou. Des blocs de pierre pouvant aller jusqu’à 120 tonnes sont élevés au dessus de certaines portes…

KODAK Digital Still Camera

 

 

Nous continuons notre voyage dans le temps vers le théâtre d’Epidaure, merveille d’architecture et d’accoustique. Le son d’une pièce qu’on laisse tomber au centre du choeur s’entend du haut des gradins avec une clarté incroyable. On a chanté et déclamé à haute voix dans ce choeur d’autant que nous étions quasiment seuls sur le site…

114_5175.JPG

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

114_5193.JPG

La suite de notre périple dans le Péloponnèse bientôt…

114_5262.JPG

Sur les traces du passé…

KODAK Digital Still Camera

Fouler le sol de l’Acropole, c’est refaire un plongeon 2500 ans dans le temps. Il règne au milieu de ces pierres usées l’écho des Dieux et Déesses de la mythologie grecque pour qui veut bien se laisser imprégner par ces lieux magiques.

KODAK Digital Still Camera

img_2638

Nous revivons cette impression étrange que nous avions ressentie aux temples d’Ankor face à des bâtiments monumentaux édifiés à bras d’hommes avec les moyens techniques de l’époque. Et nous restons toujours sans voix face à ces constructions complexes qui tiennent encore debout… Impossible de rester insensibles à ces pierres qui ont vu défiler tant de siècles, d’histoires et d’Hommes !  Encore un site classé au patrimoine de l’humanité et on comprend aisément pourquoi.

Nous pénétrons dans le site par l’immense porte Beulé (du nom de l’archéologue français qui la restaura en 1853),

img_2549

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

…et gravissons les marches des Propylées, immense escalier resté inachevé à cause de la guerre du Péloponnèse. Une fois en haut de ces marches, on entre dans le véritable sanctuaire avec une vue magnifique sur la ville.

img_2542

Il y a bien longtemps, chaque été, les habitants d’Athènes montaient sur la colline de l’Acropole pour honorer la déesse Athéna. Ils sacrifiaient une centaine de vaches aux cornes couvertes d’or et offraient à la déesse, par l’intermédiaire des prêtes, une tunique de laine tissée par des petites filles. Ils espéraient ainsi recevoir sa protection pour leur cité.

KODAK Digital Still Camera

La façade principale des temples était toujours orientée vers l’est afin que les premiers rayons du soleil pénètrent entre ses colonnes. Sur le fronton, était représentée en peintures polychromes la vie du dieu vénéré dans le temple. Sur le Parthénon, c’est la vie de la déesse Athéna qui était peinte et à l’intérieur, une immense statue de la déesse de 15m de haut en or et en ivoire siégeait en son cœur. Cette statue a depuis longtemps disparut après avoir été emportée au Ve siècle après JC par les chrétiens de Byzance.

KODAK Digital Still Camera

athenagilded

Réplique de la statue d’Athéna (source http://www.nashville.gov)

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

img_2588

On continue par l’Erechthéion, le lieu le plus sacré du site : selon la légende, c’est là que Poséidon et Athéna se disputèrent la possession d’Athènes. Zeus promit la ville à celui qui apporterait le don le plus précieux aux Hommes. Poséidon planta son trident à cet endroit et fit jaillir une source d’eau salée, alors qu’Athéna fit pousser un olivier, symbole de paix et longévité, et remporta la victoire.

img_2565

Son petit sanctuaire (sur la gauche) formé par les caryatides – les colonnes en forme de femmes – était destiné à Athena Polias. Il abritait une petite statue en bois d’olivier de la déesse protectrice d’Athènes. Ce temple avait bien plus d’importance que le Parthénon pour les grecs. Il est aussi le dernier à avoir été construit sur le site de l’Acropole.

img_2560

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

L’acropole a connu de nombreux occupants : les romains, les chrétiens de Byzance, le temple est alors transformé d’abord en église orthodoxe puis catholique. Les Turcs en 1456 en font une place forte et y installent une mosquée. Et au début du XIXe siècle, le Parthénon est en partie pillé par les anglais… Mais aujourd’hui, au bout de la colline, c’est le drapeau grec qui est érigé.

img_2593

img_2604

Dans l’antiquité, les cultes religieux et les sacrifices tiennent une place importante, néanmoins les grecs ont d’autres occupations comme le théâtre. Ils sont même à l’origine du concept. Les représentations durent généralement une journée entière et on peut donc se restaurer et se déplacer entre les bancs tout en écoutant les acteurs masculins – les femmes n’ayant pas le droit de jouer – sur scène ou d’autres artistes qui chantent ou dansent dans le chœur. L’acoustique y est exceptionnelle.

img_2638

img_2637

img_2614

KODAK Digital Still Camera

KODAK Digital Still Camera

Le site est continuellement en chantier et ce dernier risque de durer quelques années encore : depuis quelques années, les archéologues démontent les restaurations précédentes mal réalisées pour les reconstruire et repositionner les pierres à leur bonne place !